Animal mon ami  

Cher maître,
Nous tenons à vous féliciter pour l'arrivé de votre chiot et pour la confiance que vous nous témoignez. Apprendre à devenir un maître responsable n'est pas une chose facile. Cela requiert du temps et de la patience! C'est pourquoi, par ces quelques lignes, nous souhaitons vous apporter notre aide.
L'adoption d'un chiot ne doit pas être envisagée avant l'âge de 8 semaines, son équilibre psychologique étant encore trop fragile et la séparation d'avec sa mère et ses frères et sœurs de portée risquerait d'être vécus comme particulièrement douloureuse.
C'est au cours des interactions au sein de la portée que les chiots vont pouvoir apprendre la communication propre au langage canin et c'est, en particulier pendant les jeux de combats, qu'ils verront leur agressivité naturelle se canaliser. On parlera de l'acquisition de la morsure inhibée. Il s'agit de la faculté pour un chiot de contrôler ses morsures face à ses congénères qui manifestent leur douleur par des cris aigus.

De deux à trois mois, une période primordiale !

De la huitième à la douzième semaine, il possède une capacité d'adaptation suffisante pour se familiariser à notre monde. Durant cette courte période, les expériences nouvelles sont indispensables aux chiots pour acquérir un équilibre comportemental satisfaisant à l'âge adulte.
Pour ce faire, ouvrez-le au monde Le plus tôt possible! Il doit prendre contact avec diverses situations, pour ne pas ni les craindre, ni développer un excès d'enthousiasme (sauts, cris) à chaque nouvelle rencontre Néanmoins lorsqu'il manifeste un état de stress lors d'une situation particulière (exp.: toilette quotidienne à l'aide d'un peigne) vous devez continuer l'action d'une manière naturelle, sans lui manifester de réconfort, ce qui au contraire, renforcerai sa peur. Vous continué tout simplement et vous remarquerez quand appliquant ce principe, il s'apaise, se familiarise à l'action et fini par ne plus la craindre.

Bienvenu Ă  la maison

Dans la même idée, lors de son arrivée, il vous faudra lui laisser un temps d'adaptation, mais surtout ne pas le surprotéger. Agissez normalement et Laisser le à son rythme dominé son nouvelle environnement.

OĂą mettre son panier

Pour son panier, prévoyez un endroit bien à lui où personne ne viendrait le déranger, un espace où il se sentirait tranquille et en sécurité (pas une chambre à coucher). Installez-le dans un endroit calme, à l'abri des courants d'air, d'où il ne peut surveiller toutes les allées et venues de la maison.

La première nuit

Presque tous les chiots pleurent durant la première nuit qu'ils passent dans leur nouvelle maison. Il y a cependant un certain nombre de choses que vous pouvez faire pour qu'il se sente mieux : placez une petite couverture avec l'odeur de la mère dans un coin du panier de votre chiot. Enroulez une bouteille d'eau chaude dans une couverture et placez-la contre lui. Elle lui rappellera le ventre de sa mère et l'endormira. Vous pouvez aussi y mettre un réveil qui fait « tic-tac » et qui le bercera ou laisser la radio allumée en baissant le volume. Ainsi, il se sentira moins seul. Si nécessaire, vous pouvez aller le voir un court instant pour le rassurer, mais surtout ne le prenez pas avec vous car il ne manquerait pas de vouloir y retourner les nuits suivantes.

Pour qu'il ne soit pas un chien angoissé ou agressif

Dans la même idée, avant l'âge de trois mois, faites-lui rencontrer d'autres animaux (de toutes espèces), d'autres personnes, des enfants (même turbulents). Mettez-le en contact avec des engins bruyants (sèche-cheveux, pommeaux de douche, aspirateur, tondeuse…). Avec des objets ou des personnes en mouvement (voitures, camions, foule, cyclistes, joggeurs…).
Tuyau : presque tous les clubs canins organisent des cours pour chiots. Demandez plus d'informations aux clubs qui se trouvent près de chez vous.

Apprendre Ă  rester seul

Votre chiot doit aussi apprendre l'autonomie. Il doit pouvoir rester seul sans s'angoisser (L'anxiété de séparation peut se manifester par des souillures, par des dégâts ou des vocalises). Pour ce faire, il faut pratiquer très progressivement. De quelques minutes à quelques heures… Il faut dédramatiser vos départs en évitant de lui dire « au revoir» trop affectueusement : pour lui, votre absence serait alors encore plus pénible à supporter ! Mieux vaut l'ignorer durant les minutes qui précèdent votre départ, et dans les minutes qui suivent votre retour. N'hésitez pas à faire des faux départs, en mettant un manteau ou en prenant vos clés, sans sortir.

Créer de bonnes habitudes

Dès le départ, apprenez-lui à se conformer à certaines règles de vie : un chien agréable est un chien à qui on n'a pas laissé croire qu'il pouvait devenir le chef de sa «meute» familiale !
Il convient de lui refuser toute nourriture à table. Votre chiot doit manger indépendamment de ses maîtres.
Il a besoin de jeux et de caresses. Mais c'est toujours vous qui devez décider du début et de la fin de ces moments agréables.
Prévoyez des heures fixes pour les repas, les promenades et le sommeil. Lorsque votre chien sait qu'il aura à manger, qu'il ira se promener et qu'il ira dormir à des heures fixes, Votre comportement lui paraîtra plus prévisible et lui aussi se comportera à votre égard de façon prévisible.
Après la puberté (7 à 10 mois selon la taille), votre chien va monter en puissance et en caractère. Il va vous tester. A vous de réagir avec fermeté et attention. Mais vous bénéficierez alors de l'éducation déjà acquise. A ce moment, une seule remontrance énergique vaudra mieux que dix consignes données trop mollement.